{TEST} Cours de perfectionnement : devenez une pro de la couture (Makerist)

cours de perfectionnement à la couture en ligne makerist

Il y a quelque temps de cela Makerist m’a contacté pour que je teste l’un de leurs cours en ligne. Apprentissage de la surjeteuse, coudre le jersey… j’ai finalement choisi le « cours de perfectionnement : devenez une pro de la couture », parfait pour une autodidacte comme moi qui ne sais pas trop où son niveau se situe. Et je me suis dit que çà vous intéresserait peut-être 😉
J’avais déjà testé un cours en ligne avec Artesane pour apprendre à coudre un pantalon et je l’avais bien apprécié.

Youtube, mon ami, tu n’as qu’à bien te tenir, te voilà une nouvelle concurrence !

Se perfectionner en couture grâce aux cours en ligne

Je vous avais déjà parlé de ce concept il y a quelques mois déjà avec mon pantalon Gilbert. J’avais trouvé très bien le cours sur l’apprentissage en ligne d’un projet chez Artesane. Celui que je viens de tester de Makerist, à la différence, est orienté sur l’apprentissage de techniques de couture brutes.

Le cours de perfectionnement est prévu pour des personnes sachant utiliser une machine à coudre, ayant déjà des notions de couture et sachant réaliser quelques projets. Malgré tout, les bases sont revues puisque le premier chapitre du cours commence par la couture droite. On part donc d’assez loin niveau perfectionnement. Je ne m’y attendais pas à vrai dire et du coup je pense que çà peut bien aider les personnes qui viennent de se lancer en couture et qui tâtonnent un peu malgré tout.

cours de couture en ligne(photo prise sur le site makerist)

Le cours dure plus de 4 heures et est composé de 15 leçons :

1 – Techniques et matériel (matériel de base, perroquet, craie, papier carbone, cutter rotatif, etc.)
2 – Les coutures (droite, plate, anglaise, rabattue, décorative)
3 – Surfiler avec la machine à coudre
4 – Le surpiquage
5 – La couture anglaise
6 – La couture rabattue
7 – La couture plate
8 – La couture de soutien
9 – Les arrondies
10 – Tout sur les fronces
11 – Renforcer et doubler
12 – Ganser et coudre les bordures
13 – Retourner les ouvrages
14 – Les pinces
15 – Les ourlets

Un cas pratique sur la fabrication d’un petit cœur est proposé également.

Les chapitres sont indépendants les uns des autres au sein du cours, ce qui est super pour bien se repérer et reprendre plus tard le cours si on le souhaite. J’avoue que je n’ai pas tout visionné d’un coup car çà fait quand même beaucoup de temps passer devant l’écran – et surtout passer hors de ma machine à coudre 😉

Petite vidéo de présentation du cours ICI

Ai-je appris des choses ?

Comme je vous le disais plus haut, je suis autodidacte, je ne savais donc pas situer mon niveau de couture. J’ai déjà créé plusieurs pièces importantes telles que mon premier manteau Burda et ma chemise Mélilot mais aussi des plus simples comme mon teesh Arsène et mon top Valène. Pas facile donc pour moi de me situer dans tout çà.

Après avoir tout visionné j’ai pu finalement constater que je connaissais pas mal de techniques – petite autosatisfaction je l’avoue – en couture. Malgré tout, j’ai pu découvrir certains termes, certaines astuces qui je dois dire m’ont bien plu. J’ai même appris des techniques telles que la couture rabattue – bah oui je n’ai pas fait de jean encore 😉 – et la réalisation d’une pince verticale au centre du buste.

La couture rabattuecomment faire une couture rabattue

Un truc tout bête par exemple que j’ai appris c’est qu’il faut faire le point zigzag sur le côté envers du tissu… pourquoi ? Et bien parce que le tissu s’enroule légèrement vers le haut et c’est donc la partie plate de la couture qui se retrouve sur l’endroit ! Pas mal hein 😉 Bon je vous dis pas tout, parce que sinon vous n’irez pas jeter un coup d’œil. D’ailleurs il paraît qu’une petite surprise vous attend à la fin de l’article 😉

Sinon, la prof. (Steffi Falk) est très claire dans ses propos, et on comprend très bien tout ce qu’elle nous montre. Il n’y a pas de fioritures, pas de chichi, on va à l’essentiel et c’est très bien !
Il y a aussi plein de gros plans sur ce qu’elle fait, on comprend donc parfaitement ce qu’elle nous explique.

Ce que j’ai trouvé bien aussi c’est que pour la plupart des types de couture il est précisé des astuces sur la longueur du point. On a beau voir des tutos sur le net, ces petites infos ne sont pas toujours présentes et peuvent manquer parfois suivant l’épaisseur de notre tissu – et même nous faire criser si le fil casse ou que çà gondole, je sais de quoi je parle.

Petites remarques

Parce que c’est comme pour tout… on trouve toujours des petites choses à redire. Ici, rien de bien méchant, j’ai juste trouvé un peu étonnant le fait que le cours soit en allemand et doublé en français. Çà m’a fait bizarre au début mais on s’habitue vite, d’autant plus que la prof est hyper claire et posée. On ne se sent pas du tout perdu.

Sinon, ne soyez pas étonner, la prof. nous tutoie ! Çà m’a fait drôle sur le coup parce que souvent on nous vouvoie dans les cours en ligne.  Mais finalement cela se rapproche plus de l’esprit « réseaux sociaux ».

La seule petite chose qui m’a dérangé réellement d’un point de vue couture c’est le fait que la prof pique directement par-dessus les épingles. Elle ne les sort pas avant chaque passage d’aiguille. Je sais que pas mal de couturières le font mais moi si je fais çà, je finis systématiquement par en toucher une avec mon aiguille de machine et là elle est foutue. Coudre avec une aiguille émoussée abime la plaque à aiguille qui un jour du coup devra être changée, et bien sûr cela risque d’abimer aussi votre tissu.

Mais bon, vous voyez, il n’y a rien de catastrophique et surtout rien qui  ne vous empêche de découvrir ce super cours !

Mon bilan sur le cours de perfectionnement Makerist

D’une manière générale je trouve ce cours très bien réalisé et très clair. Quelqu’un qui souhaite se perfectionner en couture et apprendre de nouvelles techniques peut tout à fait avoir besoin de ce cours.
Par rapport à mes connaissances et mon niveau j’orienterai plus les personnes qui savent piquer à la machine et qui débutent avec les termes techniques que l’on peut rencontrer sur les patrons et magazines. Lorsque vous avez les premières bases et que vous souhaitez accélérer votre apprentissage sans attendre de tomber sur un patron qui vous parlera en chinois en disant « surpiquer la couture », « ganser la marge de couture » ou encore « effectuer une couture anglaise » par exemple, alors ce cours est parfait pour vous !

 

Voilà pour mon ressenti sur le cours de perfectionnement en couture que propose Makerist.
Je vous l’avais dit plus haut, Makerist et moi vous avons réservé une petite surprise pour vous aider à améliorer votre technique :

Rentrez le code promo nomdunecouture et vous aurez 30 % de remise sur l’achat de ce cours !

(le code est valable jusqu’au 31 octobre)

makerist

makerist cours de couture en ligne

 

Avez-vous déjà visionné un cours Makerist ? Ou un autre cours en ligne ?

Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

 

Mon article vous a plu ?

Abonnez-vous à la newsletter et recevez mes nouveaux articles publiés.

5 comments

  1. Laurence a dit :

    Merci pour cet article! Il faut savoir que généralement les Allemands vont droit au but, et en ce qui concerne le vouvoiement, je sais bien que pour la plupart des Francais ca fait bizarre, mais outre Rhin c’est monnaie courante!!

    • Laurence a dit :

      je voulais dire le tutoiement est monnaie courante en Allemagne!! lol
      Et désolée pour ce meli melo mais je suis sûre que tout le monde m’avait comprise! xx

    • nomdunecouture a dit :

      L’avantage c’est que tout est très clair et très bien expliqué ! Le tutoiement m’a fait bizarre au début, c’est pas non plus insurmontable 😆. D’ailleurs je note bien que ce sont des petits points mineurs 😉
      Merci en tout cas pour ton retour !

Laisser un commentaire