Voilà un titre bien éloquent ! Vous ne pensez pas que cela soit possible ? Vous avez acheté une surjeteuse mais vous n’avez pas encore osé ouvrir le carton ? L’enfilage vous fait peur ? Vous avez encore mille questions mais vous n’osez pas les poser, ou bien vous trouver des infos qui se contredisent ?

Pas de panique, j’ai trouvé le livre parfait pour vous aider : Coudre à la surjeteuse c’est tout simple, des Editions de Saxe.

Je couds à la surjeteuse depuis plus de 5 ans, et j’avais aussi ces interrogations et ces craintes. J’aurais tellement aimé avoir se livre en débutant 😊

Le contenu du livre « coudre à la surjeteuse, c’est tout simple »

Ce livre regroupe toutes les réponses aux questions que je me suis posé un jour sur une surjeteuse. Je vous le dis, il m’aurait bien servi à mes débuts. Et il me sert aujourd’hui encore !

Il est écrit sous forme de leçons, et offre à la fin du livre, 13 patrons en taille réelle pour les femmes, hommes et enfants. De quoi appréhender votre surjeteuse en douceur et évoluer petit à petit.

Une surjeteuse remplace-t-elle une machine à coudre ?

Je reçois souvent des messages de la part de lectrices me demandant si une surjeteuse remplace une machine à coudre. Peut-on coudre au point droit avec… La réponse est NON ! Le livre vous explique le pourquoi du comment de manière simple et efficace (pages 5 à 7).

Surjeter ou surfiler ?

Pour faire simple, on surjette en 4 fils les tissus « mailles » (type jersey, tricot…), alors que l’on surfile en 3 fils les bordures du tissu « chaine et trame », puis on assemble à la machine à coudre ! Bien sûr il y a quelques subtilités avec le 3 fils et le 2 fils, mais le principe est là. Vous en saurez plus en détail en lisant le livre.

Les différents modèles de surjeteuse et recouvreuse

De la page 31 à 34, vous pourrez découvrir les différents modèles de surjeteuse qui existent. Avec couteau supérieur, couteau inférieur, enfilage simplifié ou non… vous comprendrez mieux les différences avant d’acheter la vôtre.

Le livre « coudre à la surjeteuse c’est tout simple » explique aussi ce qu’est une recouvreuse, cette machine qui contient non pas 4, mais 5 bobines de fil et ne fais pas la même finition.

Les marques qui sont représentées dans le livre sont : Axe Yamazaki, Jaguar, Janome, Juki, Singer, Brother et Baby Lock. Ce que j’aime ici, c’est que chaque modèle est décortiqué et ses fonctionnalités détaillées.

Bien sûr, il existe une multitude de modèle de surjeteuse et recouvreuse. Le livre ne prétend pas tous les montrer. Mais vous avez déjà une bonne base pour comprendre le principe de chaqu’une des marques, et ainsi vous aider dans votre choix d’achat.

Et la surjeteuse Lidl ? : elle n’est pas représentée dans le livre et je sais que c’est une machine à petit prix qui vous pose souvent questions car elle est accessible aux petits budgets. Pour connaitre mon avis sur cette machine rendez-vous dans l’article « La surjeteuse Lidl Element 1450 ol sur le banc d’essai ».

Petit avis par rapport à cette rubrique… je l’aurais mis plus en amont dans le livre car pour moi, cela fait partie de la base 😊

Le matériel

Le matériel nécessaire pour surjeter

Utiliser une surjeteuse ne requiert pas plus de matériel qu’une machine à coudre. Malgré tout, le livre vous explique ce qu’il vous faut. Je dirais que la chose la plus importante est d’utiliser des pinces au lieu d’épingles. Si vous utilisez des épingles et que le couteau en attrape une, alors vous allez abimer votre couteau. Il vous faudra ensuite de changer ou le faire réaffuter. Pas top quoi… Alors qu’avec des pinces vous ne pourrez pas en oublier une, vous les retirerez automatiquement au fur-et-à-mesure.

Vous avez dû avoir une petite pince métallique avec votre surjeteuse. Elle vous permet de faciliter votre enfilage. Je ne m’en sers pas souvent, mais c’est bien pratique quand même.

Les tissus, aiguilles et fils

Il y a une rubrique complète sur les tissus qui sont adaptés à la surjeteuse. Dans les faits, je dirais que vous pouvez utiliser n’importe quel tissu. Néanmoins, il faut savoir comment bien utiliser votre surjeteuse en fonction de celui-ci. On ne va pas assembler un tissu chaine et trame (tissu tissé), alors qu’on le fera pour un tissu tricoté (tissu jersey). Le livre vous explique comment choisir le nombre de fils à utiliser, le réglage adapté, ou encore les aiguilles qu’il faut pour garantir un joli point.

Mon astuce : utilisez des aiguilles de la marque Schmetz du type « overlock ». Leur qualité est excellente ! Dans tous les cas, adapter la taille à votre tissu, exactement comme pour votre machine à coudre.

Concernant les fils, j’ai pour habitude d’utiliser les cônes de fils en polyester. Mais le livre m’a fait me rendre compte qu’il en existe une multitude d’autres et qu’ils sont finalement plus adaptés suivant ma cousette. Il va falloir que j’étudie ça de plus près 😉

Comprendre comment fonctionne une surjeteuse

Avant de coudre, il faut d’abord comprendre comment fonctionne votre surjeteuse. C’est une machine quand même technique et il est important de l’étudier un peu avant de se lancer. Notamment pour apprendre à l’enfiler. Sur ce point, le livre ne pourra pas beaucoup vous aider car l’enfilage qui est montré est fait avec une surjeteuse à enfilage automatique (pages 16 à 22).

Néanmoins, les différents boutons, volants et autres équipements, sont décortiqués et surtout expliqués. Vous comprendrez ainsi ce que sont des boucleurs inférieur et supérieur, quel fil va dans telle aiguille, qu’est-ce que l’entrainement différentiel, etc. Vous aurez aussi l’ordre de l’enfilage et le détail des étapes à réaliser.

Pour votre propre surjeteuse je vous conseille de bien lire votre notice ! Regardez aussi les vidéos de l’enfilage sur YouTube. C’est une mine d’or !

Astuce : il existe une technique qui consiste à couper vos fils et à faire des petits nœuds avec vos nouvelles bobines, afin d’éviter de refaire l’enfilage complet. Mon conseil est en réalité de ne pas faire ça. Pourquoi ? Parce que si votre fil casse ou s’emmêle, vous perdrez du temps à vous souvenir comment vous devez faire votre enfilage, alors que si vous le refaite à chaque changement de bobine, cela deviendra un automatisme !

Ce qui est super, c’est qu’il y a une rubrique qui vous explique comment faire votre premier essai de couture. Vous avez aussi les premières astuces pour ce démarrage. Comment positionner son tissu, qu’est-ce que la chainette, repérer les premières erreurs pour le rectifier par la suite, etc. C’est vraiment top pour ne pas avoir à se lancer à l’aveugle. J’en aurais bien eu besoin la première fois !

Astuce changement des aiguilles : je vous laisse la découvrir à la page 30 du livre. Ah ah, je ne vais pas tout vous dévoiler quand même. Ce que je peux dire c’est que je ne connaissais pas du tout cette astuce 😉

Les différents points et réglages

Il y a deux rubriques qui traitent ces sujets dans le livre. L’une parle du réglage de la longueur de son point et l’autre des différents points. Ces rubriques font également partie de la base dans la couture à la surjeteuse car avant même de coudre, il faut choisir son type de point, le nombre de fils à enfiler, le nombre d’aiguilles à garder et enfiler… tout cela en fonction de son tissu et de son projet de couture.

Je trouve ces rubriques très bien faites et très clair dans le livre ! Les points sont montrés en taille réelle ce qui rend encore plus « vraies » les explications. Il y a une comparaison entre les différentes largeurs de point pour un même type de point. On comprend donc très bien la nuance qu’il existe.

Le livre « coudre à la surjeteuse c’est tout simple » explique aussi très bien la notion de réglage des points et de l’entrainement différentiel. C’est souvent une notion assez floue. Pourtant il est essentiel de bien comprendre ce qu’il en est. C’est vraiment très bien détaillé. J’ai appris beaucoup de choses ! Il y a aussi de nombreux petits schémas et de nombreuses photos pour que vous compreniez comment améliorer vos points pour qu’ils soient parfaits.

Optionnel : pieds presseurs spécifiques

De base, une surjeteuse a un pied « standard », mais il existe plusieurs pieds presseurs adaptés à une surjeteuse (exemple : pied fronceur). Mais attention, vous devez absolument choisir des pieds adaptés à votre machine. Dans le cas contraire, vous risqueriez d’abimer votre machine !

Beaucoup d’astuces couture !

J’ai déjà abordé pas mal de points à ce sujet, mais vous apprendrez entre autres les différentes techniques pour coudre avec une surjeteuse (angles, courbes, plis, cercle), comment découdre un surjet facilement ou encore arrêter sa chainette. Toutes ces petites questions que l’on se pose lorsque l’on se retrouve seul face à sa machine et qui nous font chercher à droite à gauche les réponses. Dans le livre « coudre à la surjeteuse c’est tout simple » vous aurez toutes ces réponses à porter de main !

Astuce : j’ai créé une vidéo sur ma chaine YouTube pour expliquer comment surfiler une forme biscornue.

13 patrons offerts, pour débuter et évoluer avec une surjeteuse

En plus de l’apprentissage autour de la surjeteuse, l’auteure offre 13 patrons pour débuter et évoluer avec une surjeteuse. Je trouve que c’est vraiment un livre clef en main.

Les patrons sont en taille réelle et vont des tailles XS-L pour femme, M-L pour homme et enfin 100-150 cm pour enfants.

Comme pour tout patron de créateur.rices, le tableau de mesures est fourni (dont tableau de mesures du vêtement fini). Elle donne aussi le détail des fournitures pour chaque modèle.

Les pas-à-pas sont réalisés en photos et détaillé avec du texte. C’est le format que je préfère, celui que je trouve le plus compréhensible.

A noter que les marges de couture ne sont pas ajoutées aux patrons. Je n’aime pas trop ça, je l’avoue. Mais c’est parfois pratique quand on veut hacker un patron.

Liste des différents projets que vous pourrez coudre

Tissu jersey

  • T-shirts à manches-ballon, encolure ronde, encolure bateau ou col montant
  • Robe à encolure bateau
  • Sweat à capuche et manche raglan
  • Legging
  • Bermuda avec ou sans volant

Tissu chaine et trame

  • Poncho
  • Châle de soirée
  • Torchon
  • Mouchoir

Les patrons sont prévus essentiellement pour les femmes et les enfants, mais 2 modèles e t-shirts sont aussi conçus pour les hommes. Pour une fois qu’on pense à eux dans un livre de couture, il est bon de le noter 😉

Ce livre permet-il vraiment de débuter avec une surjeteuse ?

Eh bien je pense que oui ! Il est vraiment bien détaillé et clair. Les informations sont bien expliquées et documentées par de nombreuses photos. Chaque rubrique va à l’essentiel tout en misant juste dans les infos. J’aurais peut-être inversé l’ordre de certaines rubriques, mais les infos sont précises et c’est bien le principal à mes yeux. 

Mon seul bémol : la partie enfilage, car il est montré que sur une machine automatique. Mais comme je vous le dis plus haut, chaque machine est différente et chaque enfilage aussi. Rien ne vaut la lecture de votre notice et le visionnage d’une vidéo YouTube 😉

Je pense aussi que ce livre ne sert pas que pour débuter, mais aussi à évoluer au fil du temps. Les différents patrons de couture fournis permettent aussi cette évolution positive.

NB : Si après cela vous n’osez toujours pas vous lancer sans l’accompagnement d’un.e prof’ et que vous souhaitez aussi suivre des cours, mon amie Louise (Les Lubies de Louise) a lancé sa formation en ligne « Bien démarrer avec sa surjeteuse ». Elle peut être sans problème complémentaire à ce livre.

J’espère que cet article vous aura aidé et que ce livre pourra vous permettra de sortir votre surjeteuse du placard. J’en suis sûr !

N’hésitez pas à me dire si vous vous êtes enfin lancer avec votre surjeteuse ou si vous avez encore des points qui vous bloque. Je peux peut être vous aider à franchir le cap 🙂

Epinglez l’article sur Pinterest pour le garder en mémoire et le partager à votre communauté :

Newsletter Nom d'une couture !

You have Successfully Subscribed!