Me voilà de retour avec une nouvelle cousette un peu particulière : J’ai cousu un sac en cuir à la machine à coudre !

Les éditions de Saxe m’ont contacté en début d’année pour me proposer de découvrir quelques-uns de leurs livres. J’ai jeté mon dévolu sur les livres « Accessoires & sacs en cuir (couture machine), et « je couds mon manteau ». Vous pouvez d’ailleurs retrouver la présentation en vidéo dans les stories permanentes de mon compte Instagram.

Aujourd’hui je vais vous parler du livre Accessoires et sacs en cuir car je viens de coudre l’un de ses modèles. Je vais donc vous présenter en détail le contenu du livre, mon ressenti dessus, mais aussi le sac que j’ai cousu et mes astuces pour coudre le cuir facilement à la machine. Je vous ai également mis tous les liens du cuir et du matériel que j’ai utilisé. Pour l’occasion, c’est le site en ligne spécialisé dans le cuir, Déco-cuir, qui m’a accompagné pour les fournitures de ce projet.

C’est parti !

Les éditions de Saxe

Les Editions de Saxe est une société d’édition de livres et de magazines créés en 1962 (toute leur histoire en détail ici). Elle est spécialisée dans les loisirs créatifs, tels que la couture, la broderie, le patchwork, le tricot, le crochet, les beaux-arts, les créations autour du papier… et bien d’autres encore !

Dans chaque magazine ou livre, vous pouvez retrouver de nombreux modèles à créer ainsi que des explications détaillées. Il peut y avoir aussi des dessins grandeur nature facilement réalisables. Ce que je trouve génial aussi, c’est que Les Editions de Saxe est une entreprise familiale qui se transmet de génération en génération, entre femmes. Je trouve ça super-inspirant 😊

Leurs objectifs 2022 : devenir encore plus créatives et mettre en avant les créatrices !

Au niveau pratique, les livres peuvent s’acheter dans toutes les librairies bien sûres mais aussi sur leur site internet. La livraison se fait en 48/72h. Et comme c’est une entreprise française, vous avez un numéro téléphonique de service client français. Pratique si besoin !

Le site regroupe aussi de nombreux modèles et patrons individuels, dans tous les domaines de loisirs créatifs.

Livre « Accessoires et sacs en cuir » (couture machine)

Le livre « Accessoires & sacs en cuir (couture machine) est une pépite ! On y retrouve beaucoup d’explications telles que les différences entre les cuirs, comment lire une « peau », les indications pour savoir dans quelle partie il faut couper les anses ou encore comment respecter le sens de la fibre du cuir.

Il y a aussi le détail du matériel à acquérir au début et à avoir pour évoluer, les différentes techniques pour faire de jolies finitions, et enfin comment régler sa machine à coudre (notamment la tension optimale). On ne dirait pas comme ça, mais il y a un peu de connaissances à avoir avant de couper son joli cuir. Je n’aurais jamais pensé ça avant d’avoir ce livre en main !

Le livre propose 20 modèles, dont voici les photos (cliquez dessus pour les agrandir) :

Mon grand cabas en cuir

Le modèle

Pour ce premier projet – car j’ai bien l’intention d’en coudre d’autres 😊 – je suis partie sur le grand cabas. Oui carrément ! Je me suis dit, « tant qu’à faire un sac en cuir, autant y aller franco et faire une maxi cousette ! ».

Le modèle mesure L.40 cm x P.15 cm x H.29 cm (hors anses), ce qui est très bien je trouve. Au final je le trouve ni trop grand, ni trop petit. Les anses une fois cousues laissent une ouverture de 22 cm de haut. C’est très confortable lorsque je le porte sur l’épaule. De même, le sac ne touche pas le sol lorsque je le porte à bout de bras (je fais 1m61). Il a aussi une poche intérieur.

Mes fournitures

Le choix du cuir

Concernant le choix du cuir, je ne suis pas partie sur ce que préconisait le livre « Accessoires & sacs en cuir » , à savoir 1,6 mm d’épaisseur. En faisant mon choix sur le site Déco cuir, il se trouve que j’ai pu être très bien conseillé. N’ayant pas une machine industrielle, mais bien une machine à coudre familiale – mais d’un niveau haut de gamme quand même (article sur ma Brilliance 75Q ici) j’ai finalement opté pour un cuir d’une épaisseur de 1,2 mm. J’avais déjà cousu cette épaisseur pour mon sac Hope Mélanie F, et je savais donc que cela passerait sous mon pied presseur.

Justine (Déco Cuir), m’a proposé le cuir de veau SATINLYS lisse (légèrement brillant) car il respecte cette épaisseur tout en ayant une bonne tenue. Mon sac n’est pas « mou », mais bien droit lorsque je le pose au sol. Le cuir provient de l’Italie. SATINLYS est un cuir qui est suivi dans leurs références, vous pouvez donc en retrouver plus tard si vous souhaitez refaire d’autres sacs.

J’ai choisi de la prendre dans la couleur marron brique car je trouvais qu’elle allait avec tout.

NB : Si vous avez un doute sur le choix du cuir, n’hésitez pas à contacter directement Déco Cuir pour avoir de l’aide. Vous pouvez aussi commander des échantillons.

Pour la dimension de la peau, là aussi j’ai demandé à Déco Cuir, en fonction de la taille de mes pièces de patron, ainsi j’étais certaine d’acheter ce qu’il fallait. J’ai donc pris une peau de 0,80 à 0,90m². Il me semble d’ailleurs que sur la mienne c’était noté 0,85 m². Elle est arrivée enroulé, dans un grand carton rectangulaire, avec toutes mes autres fournitures.

Astuce : Demandez des échantillons de cuir pour être sûr de votre choix ! Celui de mon cuir est disponible ICI.

Niveau prix, je vous entends déjà me dire que le cuir a un certain coût (ma peau est à 61,20 € TTC). Certes, mais sachez qu’il me reste quelques jolies chutes de cuir qui me permettront de faire quelques accessoires assortis 😊. Je pense notamment à un porte-monnaie, une petite pochette et un porte-carte de pointage (oui on pointe à mon boulot, ah ah).

Je trouve que ça peut être très sympa aussi pour offrir un joli cadeau ! Finalement votre peau est plutôt bien rentabilisée 😉

Info : Vous êtes un professionnel du cuir ? Le site Déco Cuir vous propose une remise permanente de 10 % !

Les matériaux supplémentaires à acheter

Le livre « Accessoires & sacs en cuir » nous explique de manière claire ce qu’il nous faut pour débuter la couture du cuir (hormis la peinture de finition qui m’a été proposé par Déco cuir et que je trouve super).

J’ai donc pris en fonction de cela :
Le matériel nécessaire pour travailler le cuir :
  • Une alène ronde pour marquer mes repères et poser ma finition sur la tranche du cuir
  • Des pinces pour maintenir 2 pièces de cuir entre elles
  • Un roulette lisse en acier pour aplatir le cuir facilement et proprement
  • Un emporte-pièce (la pince ne va pas car vous plierez votre cuir en faisant le trou le plus bas du sac).
  • Un kit pour poser mes rivets à double calotte comprenant un jeu de pose, une plaque et l’outil de pose
  • Une éponge abrasive 400 pour lisser les tranches du cuir
  • Du ruban adhésif double face : C’est une révolution ce truc ! Cela évite d’utiliser de la colle néoprène (risque de coulure) ou des pinces pour maintenir les 2 couches de cuir entre elles.
  • Des aiguilles spéciales « cuir » (taille 100). Dans le livre ils parlent d’aiguilles à bout pointu ou arrondi. Perso, je n’ai pas investi là-dedans. Je ne me suis pas posé la question. J’avais des aiguilles spéciales cuir de chez Mercerie Snaply et ça a très bien été avec.
  • Un pied presseur en téflon ou un pied double entrainement. J’ai fait un test avec ma Brilliance 75Q et les 2 pieds presseurs fonctionnaient très bien. Si vous avez une machine à coudre Pfaff, vous n’aurez pas besoin du pied double entrainement car il est intégré avec l’IDT. Si vous avez une machine autre, commencer par tester avec un pied en téflon blanc. Il est moins cher, et fera peut-être très bien l’affaire.

L’avantage, c’est que maintenant que j’ai fait mon premier investissement, je n’aurais plus à le faire pour les prochains. Sauf bien sûr pour la peinture de finition et le fil, si jamais je change de couleur de cuir. Il y a tellement de projets merveilleux dans le livre « Accessoires et sac en cuir » que je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin !

Mes astuces pour la couture du cuir

La coupe du cuir

Pour couper mon cuir, j’ai fixé mon patron à la peau avec un scotch de masquage utilisé normalement pour la peinture murale (j’ai pris le violet chez Action). Il m’a permis de bien maintenir ma feuille car les poids de couture me le faisaient quand même glisser. J’ai déplacé mes scotchs au fur et à mesure que je coupais.

Je l’ai coupé avec un cutter « classique » (pas rotatif), avec une lame neuve, comme préconisé dans le livre, et une règle en métal pour les parties linéaires. Il faut avoir une coupe bien nette pour avoir de jolies finitions. Ici on ne double pas le sac, donc on pas vraiment le droit à l’erreur 😉

La peinture de finition

Il me semble que cette finition n’est pas mentionnée dans le livre. Il préconise plutôt de lisser la tranche du cuir avec un outil. Cela a l’air très bien aussi, mais j’ai préféré mettre de la « peinture de finition ».

Je l’ai posé avec l’alène. Ce n’était pas compliqué, juste un peu long. Une personne sur IG (désolé j’ai perdu ton nom ☹) m’a conseillé aussi d’utiliser un petit pinceau en mousse de maquillage. Pour chaque bordure j’ai mis 3 couches de peinture et entre chaque couche sèche, j’ai un peu poncé la tranche pour égrainer et la rendre le plus lisse possible.

Coudre et découdre du cuir…

Comme je vous le disais plus haut dans l’article, je vous conseille d’investir soit dans un pied Teflon, soit dans un pied double entrainement (sauf pour les Pfaff qui ont le système IDT intégré). Le pied Teflon glisse plus facilement sur le cuir en cousant, qu’un pied presseur en métal, alors que le pied double entrainement, comme son nom l’indique, permettra d’entrainer le cuir plus facilement au moment de la couture. Le premier étant moins cher, je vous recommande de faire un premier essai avec celui-ci.

Prenez votre temps, ne vous affolez pas et maintenez bien votre cuir pour coudre bien droit. Sachez qu’une fois le cuir piqué, on voit les petits trous lorsqu’on découd ! Si malgré tout vous êtes obligé de découdre, replacez bien votre aiguille sur le premier trou pour qu’elle repasse dans les prochains.

Mais je vous rassure, j’ai eu à découdre 2-3 fois et on ne voit rien lorsque le sac est fini. Il n’y a que vous qui saurez, personne n’aura le nez rivé dessus 😉

colle anti effilochage prym

Arrêter les fils

Dans le livre il est préconisé de « bruler » le fil pour l’arrêter. Je l’ai fait avec mon fil mais j’ai eu droit à de mini boules noires. Je n’ai donc pas réitéré l’opération (faite un test avant, pas comme moi !). A la place j’ai fait 2-3 allers-retours pour faire un point d’arrêt. J’ai fait de temps en temps aussi un petit nœud puis passé les fils entre les 2 couches de cuir. J’ai ensuite mis un peu de colle anti-effilochage sur le nœud au cas où.

Conseils d’entretien

Le cuir que j’ai choisi est un cuir minéral ayant reçu des finitions en tannerie. Il a eu un tannage minéral, il n’y a donc pas vraiment d’entretien à faire. Malgré tout, pour le nettoyer je vous préconise de le faire avec un savon glycériné, puis de le nourrir avec un lait.

Dans cet article je porte aussi :


◾️ Robe In the Sun, patron Dress Your body
◾️ Veste Mango (ancienne collection)
◾️ Collant polaire Piara (ça caillait 😆)
◾️ Boots André
◾️ Serre-tête Camaïeu

Voilà, l’article touche à sa fin. J’espère que cette nouvelle cousette vous aura plu et vous aura inspiré de jolies créations avec le livre « Accessoires et sacs en cuir » des Editions de Saxe. Comme toujours n’hésitez pas à partager vos cousettes en me notifiant pour que je vois vos merveilles et puisse les repartager en story.

Alors, la couture du cuir vous tente ?

Et sinon… épinglez les photos sur Pinterest pour partager l’article !

Newsletter Nom d'une couture !

You have Successfully Subscribed!